Auguste Bunoust photo portrait

 

 

le poète normand Auguste Bunoust

(Le Havre, 1888 - Lisieux, 1921)

 Michel RENARD *

 

 

Auguste Louis Émile Bunoust est un poète normand. Né le 6 janvier 1888 au Havre et mort le 12 février 1921 à Lisieux (1). Il est l'auteur d'un recueil de poésie, Les Nonnes au jardin.


Parcours

Auguste Bunoust est né le vendredi 6 janvier 1888 au domicile de ses parents. Celui-ci est situé au numéro 20 du cours de la République au Havre.

Son père, Auguste Alexandre Bunoust, alors âgé de trente ans, né au Havre le 28 septembre 1857, est employé à la Compagnie générale transatlantique ; sa mère, Émilienne Ernestine Delacour, née à Honfleur le 2 avril 1863, est âgée de vingt-quatre ans.

Ils se sont mariés le 24 mars 1887 au Havre.

acte naissance Auguste Bunoust 1888
acte de naissance d'Auguste Bunoust... avec une surprenante erreur qui lui attribue un mariage en 1953 !

 
Dans le compte rendu du livre de Gaston Le Révérend, Auguste Bunoust, poète et curieux homme (1924), le journal L'Action française du 19 février 1924 résume la vie d'Auguste Bunoust : "Enfant débile et orphelin, l'auteur des Nonnes au Jardin ne quitta guère le pays natal, faute d'argent et de forces. Du Havre à Rouen - où il fut l'un des meilleurs élèves du Petit Séminaire - ; de Cany-Barville (où nous le voyons clerc de notaire) à Lisieux, où il meurt, âge de 33 ans, ses jours s'écoulent ainsi qu'un minuscule filet d'eau, vite tari - non pas cependant avant d'avoir jeté un frêle et pur rayon de gloire." (source)

Il grandit à Honfleur (Calvados) et fréquente les établissements religieux dont l'ambiance le marque : "Il avait gardé une sérieuse empreinte de son éducation première, et son séjour dans des maisons religieuses avait imprimé en lui quelque chose de sacerdotal et de mystique" (2). Quant au poète normand Robert Campion (1865-1939), il le surnomme "M. l'abbé Bunoust" (3).

Auguste Bunoust a été exempté du service militaire.

Il exerce ensuite la charge modeste de greffier de la Justice de Paix à Lisieux. Ce tribunal était l'une des juridictions abritées dans l'ancien Palais épiscopal, place Matignon (actuelle cour Matignon).

De 1918 à 1921, il entretient une correspondance amoureuse avec Yvonne Laporte (4).

 

Bunoust registre matricule table alphabétique
registre matricule, table alphabétique de la classe 1908,
archives départementales de la Seine-Maritime

 

Poète normand, poète français, poète universel

C'est par le témoignage de quelques-uns de ses proches que l'on connaît la personnalité et l'œuvre d'Auguste Bunoust. En 1924, le poète Gaston Le Révérend lui consacre un livre (5). Il en paraît des extraits dès le printemps 1923 dans la revue Les Primaires (6) :

ancienne bibliothèque municipale de Lisieux
Ancienne bibliothèque municipale de Lisieux

«C'est à la bibliothèque municipale de Lisieux, en feuilletant la Revue Normande, que, vers 1916-17, je connus l'existence du poète, et que je le sus lexovien (a). Jean-Charles Contel avec qui il était lié, me parla de lui. Charles-Théophile Féret, de Colombes, s'inquiétait de connaître ce nouveau-venu en littérature normande. Un peu de curiosité, beaucoup pour faire plaisir à mon grand ami, je fis les premières avances. Contel se chargea de remettre à Bunoust un exemplaire de mes deux premiers volumes de vers, cordialement dédicacés» (6).

Auguste Bunoust lui répond favorablement mais sans déguisement. On trouve dans son billet à la fois une caractérisation de la poésie de Gaston Le Révérend et une auto-définition de l'inspiration bunoustienne qui dépasse le cadre régionaliste :

  • «Je sais assez de votre oeuvre pour vous assurer de mon estime et de mon admiration. Je serai sincère comme j'en ai coutume et comme vous le méritez. Vos visions, vos émotions, votre idéal, jusqu'à votre forme, - didactique et sobrement rythmée - tout cela qui est bien à vous, ne m'a apporté ni frisson ni transport.
    Je m'incline devant votre inspiration systématiquement limitée à la peinture de la terre normande, au souvenir de ses fières origines, au cantique exalté de ses mœurs paysannes. Je goûte la langue doucement parfumée de vapeurs d'alambic, hérissée parfois de vocables judiciaires, que parlent les gens de chez nous entre deux lampées d'eau-de-vie aromatique, ou dans ma salle d'audience, chaque samedi.
    Mais, vous vous en rendez compte, n'est-ce-pas ? nous marchons par des routes différentes.
    Vous célébrez la petite patrie ; je chante la terre universelle ; vous glorifiez les aïeux normands et flagellez leurs fils dégénérés ; je prône ou je plains l'homme, le fils de l'homme dans ses humbles gestes vers la beauté et l'amour comme dans ses lamentables enlisements aux bourbiers de la matière. Mon champ d'inspiration est plus vaste de le vôtre, et je n'en tire pas vanité, et je n'en conçois, me sachant faible, que de l'effroi. Mais c'est ainsi...
    Mon cher poète, quels que soient les buts que nos talents divers se soient assignés, un même désir nous alimente, et parfois, hélas, nous déchire, de manifester en des mots harmonieux le frisson de la réalité éphémère sur notre sensible cœur. Ce désir commun nous réunira, j'en suis sûr. Venez me voir un dimanche après-midi...»
    (6).

 

Vielles rues de Lisieux, vers 1920, Jean-Charles Contel
Vieilles rues de Lisieux, lithographie de Charles Contel, vers 1920


La première rencontre a fait naître une amitié, avec ses exigences. Gaston Le Révérend témoigne :

«Il me fit comprendre qu'il considérait son art comme un sacerdoce, et qu'il ne fallait pas jouer avec. "Ne me dites jamais de mal de mes vers ; je les aime et je ne souffrirais pas qu'on en discute devant moi. À cette condition, nous serons amis." Je hasardai tout de même une critique pour voir. Je lui citai tel vers de lui qui m'avait paru inharmonieux à l'excès. Il ne le justifia pas, mais me laissa entendre qu'il avait eu ses raisons de le faire ainsi... (...)

Cette amitié s'adoucit, et dura longtemps, fraternelle et tranquille. Nous nous promenions, en devisant, sous les marronniers du Jardin public, sous les Tilleuls des boulevards. J'allais le voir quand il était malade. Il venait dîner quand un ami de lettres était de passage. Nous passions ensemble des avant-soirées dans l'atelier de Contel» (6).

Lisieux jardin public (2)
sous les marronniers du Jardin public

 

Dans La Pensée française : organe d'expansion française et de propagation nationale, du 26 avril 1926, Alphonse-Marie Gossez (1878-1940) notait que : "le talent trop discuté [d'Auguste Bunoust] a cependant provoqué les éloges du plus sèvère des critiques, Charles-Théophile Féret". (source)

En août 1926 au congrès de l'Association normande, Étienne Deville, archiviste et conservateur du musée de Lisieux, évoque Auguste Bunoust : "ce délicat poète que nous avons si souvent rencontré frôlant les murs de notre cathédrale". (source)

 

 

Auguste Bunoust et la Bretagne

Descendant d'une vieille famille bretonne (7), Auguste Bunoust affectionne cette province (8) et se rend à Pont-Aven.

Le 3 mai 1918, il adresse une lettre (6) à Gaston Le Révérend où s'affiche son amour de la Bretagne contre la "triste Normandie" et ses critiques de la société normande :

«Je vis comme une bête à bon Dieu. À midi, je mange le pain noir de mes hôtes, néanmoins béni par mon grandissant appétit. Je m'envole chaque après-dîner, soit au Bois d'amour, soit au pied de la chapelle de Trémalo qui a des mousses, un clocheton à jour, un calvaire branlant, comme une vraie chapelle d'opéra-comique. Dimanche dernier, je fus au pardon de Trégune. J'avais au bras une jolie petite fille de Pont-Aven qui mêlait dans ses cheveux d'or détachés par le vent et dans ses paroles déliées par la joie tous les parfums de la folie chaste. La procession se déroula cinq minutes sous mes yeux : ils en reçurent plus de couleur et d'éblouissements que jamais ils n'en recueillirent durant trente années, au triste pays normand.

Ah ! Mon cher Le R., comment pouvez-vous vous instituer le chantre et le poète de cette bourgeoisie rurale plus bête, plus plate que celle vautrée aux velours d'Utrecht des salons Louis-Philippe ? Vous blasonnez le marchand de camembert ? Grâce à vous et avec vous il vivra. C'est terrible, ce collage pour l'éternité ! Et quand je pense que dans un bouquin où s'est gaspillé votre original talent, vous avez sué à faire sortir ces hideux fromagers de la cuisse velue des beaux guerriers nordiques» (6).

 

Chapelle et calvaire de Trémalo
chapelle et calvaire de Trémalo, Pont-Aven (Finistère)

 

Mort et sépulture

Auguste Bunoust meurt d'une inflammation pulmonaire à l'hôpital de Lisieux. L'un de ses amis, Étienne Deville, témoigne : "Combien l'avaient oublié depuis cette clôture involontaire que la maladie lui avait imposée ! On avait perdu l'habitude de voir sa svelte silhouette, son visage émacié par la souffrance, son regard vif qui brillait parfois d'étranges lueurs. Chaque jour je le rencontrais, frôlant les murs de notre vieille cathédrale, l'aïeule contre laquelle il semblait vouloir se blottir" (2).

Le Journal des Débats politiques et littéraires écrit : "Il passa sur cette terre une existence triste et monotone au cours de laquelle rien de ce qu'il avait désiré ne se réalisa. La frêle dépouille de ce délicat repose aujourd'hui dans la lourde glèbe du champ Remouleux à Lisieux, sous un tertre envahi par les herbes folles" (9).

Les amis du poète s'offusquent de l'état de sa sépulture. En 1930, ils constituent un comité, sous la présidence d'honneur de Lucie Delarue-Mardrus, dans le but d'élever, au cimetière de Lisieux, un monument à l'auteur des Nonnes au jardin. C'est Étienne Deville qui collecte les fonds (10).

Mais il faut attendre 1946 pour que le projet aboutisse. En février de cette année-là, le secrétaire général de la mairie de Lisieux, M. Levicour, apprenant que la tombe du poète doit être relevée et ses restes portés à l'ossuaire, alerte la Société historique locale (b). Le chanoine G.-A. Simon, président de cette société, et le bibliothécaire-archiviste, Georges Lechevalier, tiennent des conférences et collectent des fonds.

Une concession peut être achetée et Auguste Bunoust y repose depuis le 6 juin 1946. Selon René Herval, la municipalité s'associe aux amis du poète et fait poser une pierre tombale tout en se chargeant de l'entretien de la sépulture (11). En réalité, la Société historique avait acheté une concession perpétuelle pour la somme de 2200 francs le 24 avril 1946, avait pris à sa charge les frais d’exhumation du poète, et demandait à la municipalité d’acquérir une pierre tombale. Le conseil municipal, en date du 24 février 1947 décide d’accorder gratuitement une concession perpétuelle et rembourse la somme de 2200 francs à la Société historique (12).

tombe de Bunoust cimetière de Lisieux
tombe d'Auguste Bunoust, cimetière de Lisieux, section A bis, n° 22

 

Postérité

Le rayonnement des Nonnes au jardin dépasse la Normandie alors que son auteur vit ses dernières semaines à l'hôpital. Le 13 janvier 1921, au salon des Jeudis de Mme Aurel, on peut entendre Léo Claretie évoquer le livre d'Auguste Bunoust et les actrices Marie Marcilly, Caecilia Vellini, Régine Le Quéré (c) en dirent des fragments (13).

Les Nonnes au jardin couv
Les Nonnes au jardin, éd. Georges Crès, 1918

La postérité d'Auguste Bunoust a fini par se limiter au régionalisme normand. L'historien et écrivain René Herval le cite, par exemple, en 1948, comme témoin d'un monde perdu : "Lisieux était libre, mais Lisieux était en ruines et le demeure. Depuis les jours funestes de 1944, les quartiers sinistrés ont été nivelés méthodiquement et forment aujourd'hui le plus mélancolique des déserts. Il serait vain de chercher la moindre trace de tant de ces vieilles rues qui avaient fait les délices des artistes et des poètes, d'un Contel ou d'un Bunoust" (14).

 

Œuvres

Auguste Bunoust n'a publié qu'un recueil, Les Nonnes au jardin. D'autres textes sont parus dans des revues.

  • 1915 : "Inscription" (11 juillet 1915), dans Petite Revue bas-normande de la guerre, n° 7, 16 août 1915.
  • 1915 : "Moisson" (12 septembre 1915), dans Petite Revue bas-normande de la guerre, n° 9, octobre 1915.
  • 1917 : "Gravure et Touche", in Celles qui s'en vont... (d), Douze lithographies en noir de Jean-Charles Contel, préface d'Albert-Émile Sorel, 1917.
  • 1918 : Les Nonnes au jardin, éd. Crès.
  • 1918 : "La dernière minute", in Pages & croquis : 1914-1918, nombreux auteurs, éd. Morière, Lisieux, 1918 (15).
  • 1918 : "Sonnet à Rosette". "Chanson pour endormir Arlette Le Révérend", in La Revue normande, n° 21-22, mars-avril 1918.
  • 1920 : "Rouen, le soir et Complainte du Cours-la-Reine", in Rouen, Lithographies de Jean-Charles Contel, éd. Georges Crès, Paris, 1920.
  • 1920 : "Sonnet à des anges", in La Revue normande, n° 45-47, mars-mai 1920.
  • 1920 : "Pater meus" et "Mater mea", in La Revue normande, n° 52-53, novembre-décembre 1920.
  • 1921 : "Tregunc", dans la revue La Mouette (novembre).

 

Distinctions

1918 : prix de poésie Lefevre-Daumier de l'Académie française, pour Les Nonnes au jardin (partagé avec Hélène Seguin).

 

Citation

  • 1918 : "Vous blasonnez le marchand de camembert ?" (Lettre à un ami trop complaisant à l'égard de la bourgeoisie rurale normande à qui il offrait des lettres de noblesse) (6).

 

Extraits de son œuvre

Normandie, pour Auguste Bunoust
Normandie

Origines

Ô Normandie, est-ce à tes seins que j'ai puisé
L'amertume de vivre ?

Nourrice fauve au goût de cidre alcoolisé
Dont le baiser rend ivre,

Quelle eau fade emplissait l'horizon morne et bas
Et tes rondes mamelles,

Quand déjà j'emportais de mes humbles repas
Le regret qui s'y mêle ?

Ô ma province heureuse, en quels sentiers bourbeux,
Sous quel ciel de brumaire,

En quel herbage humide où vaguent de grands bœufs
M'as-tu bercé, ma mère ? (16)

 

Honfleur, l'eau sage et moirée
Honfleur : l'eau sage et moirée

Touches

Honfleur me monte au cœur comme un flux de marée
Je dirai, dans le port, sur l'eau sage et moirée,
Les petits soubresauts de la barque amarrée ;

Et les nuits d'équinoxe où les flots s'assemblant,
De toute leur fureur brisée au phare blanc,
Font tinter, ruisselante, une cloche en croulant (17).

 

Les Nonnes au jardin

À propos de ce recueil de poésies, le Journal des Débats note : "Tout est dans ce livre de sa vie : ses tristes souvenirs d'enfance, ses illusions d'adolescent et ses déceptions d'homme" (9).

Les Nonnes au jardin sont toutes descendues,
Au jardin de mon rare et fugace loisir,
Toutes en bure brune et me laissant choisir
La Sœur, l'unique sœur de mon rêve attendue.
C'est un jardin du cloître humide et pénitent :
Tellement de silence a passé sur ses mousses,
Les paroles s'en font chuchotantes et douces...
Et des lentilles d'eau tremblent sur son étang (18).

 

Rouen, lithographies de Jean-Charles Contel, poèmes d'Auguste Bunoust, 1920
Rouen, lithographies de Jean-Charles Contel, poèmes d'Auguste Bunoust, 1920

Rouen, le soir

L'eau du pavé s'anime au feu des réverbères ;
Dans un carreau brisé, le vieux jour délibère
S'il va mourir comme il est né : triste, indigent...
Il meurt, et sera plaint d'une cloche d'argent.
Alors, tu vas sentir, au fil de la ruelle,
L'ombre épaisse boucher, comme à pleine truelle,
La résille des murs, la guipure des bois,
Et le gable, le faîte, accrus d'un sombre poids,
Impuissants à trouer la nuit qui les accable,
Accumuler sur toi des sombreurs implacables.
Là-dessous, fais marcher quelque rêve inventif (19).

 

Bibliographie

- Anthologie critique des poètes normands de 1900 à 1920. Poèmes choisis, Charles-Théophile Féret avec Raymond Postal et al., Garnier, Paris, 1920.
- Auguste Bunoust, poète et curieux homme, Gaston Le Révérend, 1924.

 

Notes et références

Notes
a - Lexovien est le gentilé des habitants de Lisieux.
b - Fondée en 1869, la Société historique de Lisieux est toujours active.
c - Créatrice du théâtre d'art Athena.
d - Le titre Celles qui s'en vont... désigne les vieilles maisons normandes à Rouen, Lisieux, Honfleur.

Références
1 - Cf. état civil numérisé des archives départementales de la Seine-Maritime et la revue Comoedia du 14 mars 1930.
2 - Étienne Deville, Le Progrès lexovien, 18 février 1921.
3 - Normandie. Revue régionale illustrée mensuelle, n° 15, juin 1918.
4 - Colette et Guy Heraud, "Auguste Bunoust et Yvonne Laporte. Une correspondance amoureuse (1918-1921)" ; Le Pays d'Auge, revue, n° 9, octobre 1999, p. 13-22.
5 - Auguste Bunoust, poète et curieux homme, éd. Belles Lettres.
6 - Les Primaires. Étude des idées et des arts, 4e série, n° 4, avril-mai 1923.
7 - René Herval, Lisieux, Paris et Caen, 1948.
8 - Antoine Albalat, Journal des Débats politiques et littéraires, 31 juillet 1918.
9 - Journal des Débats politiques et littéraires, 4 mars 1930.
10 - "À la mémoire du poète Auguste Bunoust", L'Ouest-Éclair, 13 mars 1930.
11 - René Herval, Lisieux, Paris et Caen, 1948, p. 208.
12 – Archives départementales du Calvados, conseil municipal de Lisieux (1944-1948), 2 MI-DM 53.
13 - Le XIXe siècle, jeudi 13 janvier 1921, p. 3.
14 - René Herval, Lisieux, Paris et Caen, 1948, p. 139.
15 - Texte intégral sur le site de la bibliothèque municipale de Lisieux.
16 - Anthologie critique des poètes normands, de 1900 à 1920, poèmes choisis, introduction, notices et analyses par Charles-Théophile Féret, Raymond Postal et divers auteurs, Paris, Librairie Garnier frères, p. 361.
17 - 1917. Texte intégral sur le site de la bibliothèque municipale de Lisieux.
18 - René Herval, Lisieux, Paris et Caen, 1948, p. 207.
19 - 1920. Texte intégral sur le site de la bibliothèque municipale de Lisieux.

 

 

Lieux

Le Havre, cours de la République

Auguste Bunoust est né au Havre, au n° 20 du cours de la République.

 

Le Havre, cours de la République (1)
19, cours de la République au Havre ; Bunoust est né au n° 20

 

Le Havre, cours de la République (2)
19, cours de la République au Havre au début des années 1900 ; Bunoust est né au n° 20

 

 

Petit Séminaire de Rouen

Auguste Bunoust a été élève au Petit Séminaire de Rouen.

 

Petit Séminaire de Rouen façade est
Petit Séminaire de Rouen

 

Petit Séminaire Rouen (1)
Petit Séminaire de Rouen

 

Petit Séminaire Rouen (2)
Petit Séminaire de Rouen

 

Petit Séminaire Rouen (3)
Petit Séminaire de Rouen

 

Petit Séminaire Rouen (4)
Petit Séminaire de Rouen

 

Petit Séminaire Rouen (5)
Petit Séminaire de Rouen

 

Petit Séminaire Rouen (6)
Petit Séminaire de Rouen

 

Petit Séminaire Rouen (7)
Petit Séminaire de Rouen

 

Petit Séminaire Rouen (8)
Petit Séminaire de Rouen

 

 

Palais de Justice de Lisieux

Auguste Bunoust était greffier au tribunal de Paix de Lisieux.

 

Lisieux les Tribunaux (1)
les Tribunaux de Lisieux, ancien Palais épiscopal

 

Lisieux les Tribunaux (2)
les Tribunaux de Lisieux, ancien Palais épiscopal

 

Lisieux les Tribunaux (3)
les Tribunaux de Lisieux, ancien Palais épiscopal

 

 

Jardin public de Lisieux

Gaston Le Révérend et Auguste Bunoust se promenaient dans le Jardin public de Lisieux.

 

Lisieux jardin public (1)
Jardin public de Lisieux, avant 1914

 

Lisieux jardin public (4)
Jardin public de Lisieux, avant 1914 

 

Lisieux jardin public (3)
Jardin public de Lisieux, avant 1914

 

Lisieux jardin public (5)
Jardin public de Lisieux, avant 1914

 

 

 Presse

Ouest-France 5 juin 2017
Ouest-France, 5 juin 2017

 

* Cet article a donné lieu à une publication sur une encyclopédie en ligne puis dans le Bulletin n° 83 de la Société historique de Lisieux, premier semestre 2017, p. 109-123, avec des annexes dues à Daniel Deshayes, p. 124-130. J'y ai ajouté quelques informations biographiques supplémentaires et des éléments iconographiques.

 

Bulletin n° 83 Lisieux

 

 

- retour à l'accueil